26 juin 2017
Surtout nuageux
20°C
 

Visiter Sées

Cathédrale de Sées

Symbole de la ville, la cathédrale Notre-Dame de Sées serait, selon des chroniques médiévales, la cinquième construction chrétienne sur le même emplacement. L’histoire de l’édifice est plus que mouvementée, alternant destructions dues aux guerres ou aux incendies et périodes de restauration.

Malgré les outrages subis, la cathédrale reste un chef-d’oeuvre d’architecture gothique qui séduit chaque année de nombreux visiteurs. Une beauté qui s’apprécie également à la nuit tombée, sous les feux des Musilumières

Histoire

L’histoire de la cathédrale de Sées commence au Ve siècle après Jésus-Christ, lorsque Saint Latuin, évangélisateur et premier évêque de Sées bâtit un édifice chrétien sur les ruines d’un temple romain. Majoritairement en bois, le bâtiment est endommagé par la foudre puis incendié par les Normands en 878. Restauré à la hâte, l’édifice dure un peu moins d’un siècle.

Entre 986 et 1006, l’évêque Azon fait bâtir une troisième cathédrale. Mais elle brûle accidentellement en 1048, à cause de l’évêque Yves de Bellême qui voulait chasser des pillards en les enfumant. Condamné par le Pape à reconstruire l’édifice, l’incendiaire part en pélerinage pour récolter des fonds. Il meurt avant de voir l’oeuvre achevée. Ses successeurs terminent les travaux en 1128, mais la cathédrale est incendiée vingt ans plus tard lors de la lutte entre le roi Louis VII et le duc de Normandie.

La cinquième cathédrale, celle que nous connaissons aujourd’hui, voit le jour au début du XIIIe siècle. L’actuelle nef gothique s’élève entre 1220 et 1240 ; le choeur et le transept sont achevés au début du XIVe. La dédicace a lieu en 1310, en l’honneur de Notre-Dame. Gravement endommagée pendant la guerre de Cent Ans (1337-1453), la cathédrale doit être consolidée au XVe siècle car ses fondations, trop fragiles, ne garantissent plus sa stabilité : deux contreforts viennent alors encadrer la façade, alourdissant les lignes du monument.

Attaquée par les Protestants pendant les guerres de religion, mal entretenue aux XVIe et XVIIe siècles, la cathédrale est fermée aux fidèles en 1740. Vers 1780, l’évêque Jean-Baptiste du Plessis d’Argentré consolide l’édifice, restaure la charpente et le grand clocher et lance des travaux de décoration intérieure. Mais la Révolution entreprend de détruire toutes les sculptures, en particulier celles du tympan.

C’est sous Napoléon 1er que sont lancées d’importantes restaurations, réalisées du XIXe au début du XXe siècle par de grands architectes. On retiendra plus particulièrement l’un deux, Victor Ruprich-Robert, dont l’atelier (bâti en 1851) est encore visible aujourd’hui sur le flanc de la cathédrale.

Architecture

La façade de la cathédrale date du XIVe siècle, tout comme ses deux clochers de pierre, qui culminent à 70 mètres de hauteur. Le porche rappelle ceux de la cathédrale de Chartres, construite à la même époque (vers 1220-1240), mais les statues ont été malheureusement été détruites sous la Révolution. Les grilles en fer forgé datent du milieu du XVIIIe siècle.

A l’intérieur, la nef de style gothique normand comporte sept travées, dont la première est prise dans la maçonnerie de consolidation. C’est la partie la plus ancienne de la cathédrale (début du XIIIe siècle). Le transept, plutôt de style gothique français, date de la fin du XIIIe siècle ou du début du XIVe. Ses deux bras sont éclairés par des rosaces.

La rosace sud ou roue du soleil a pour teintes dominantes le rouge et l’or. C’est elle qui produit les taches couleur rubis sur le sol près de l’entrée de l’aile sud, ainsi que la « danse des oeufs », ces taches ovales blanches qui apparaissent sur le mur sud du transept. La rosace sud est divisée en douze parties, nombre symbolique représentant l’univers, union entre la perfection divine (chiffre trois, la Sainte Trinité) et le monde terrestre (chiffre quatre comme les éléments : eau, terre, feu, air).

Face à la roue du soleil, la rosace nord éclaire le transept d’une froide lumière bleue, dont les nuances s’apprécient idéalement à la tombée du jour, en juin ou en décembre. Cette rosace a le tracé du « sceau de Salomon » : une étoile à six branches composée de deux triangles équilatéraux. Elle symbolise la connaissance, la synthèse des contraires dans leur harmonie et leur diversité. La teinte dominante, le bleu, est un symbole d’éternité.

Outre ses deux rosaces hautement symboliques, une des particularités de la cathédrale de Sées est son choeur, tout en finesse et en légèreté, conçu pour laisser passer un maximum de lumière. Dans le choeur, le maître autel (XVIIIe) est l’oeuvre de l’architecte Brousseau, auteur de l’ancienne résidence épiscopale, le Palais d’Argentré. En quittant le choeur par le côté sud pour rejoindre le déambulatoire, on découvre un puits. Présent dans toutes les cathédrales gothiques, cet ouvrage permet bien sûr d’assurer l’approvisionnement en eau potable en cas de siège, mais aussi de matérialiser la rencontre entre la terre et le ciel.

La cathédrale de Sées recèle de nombreux autres points d’intérêt. Pour en savoir plus, contacter l’office de tourisme.

Evénements

Musilumières

Chaque année, à la nuit tombée, l’association Art et Cathédrale met en scène l’architecture et l’histoire de Notre-Dame de Sées lors des Musilumières. Proposé de juin à septembre, ce spectacle son et lumière rassemble tous les ans près de 5000 spectateurs. Pour en savoir plus : http://www.musilumieres.org

700 ans de la cathédrale

La cathédrale de Sées a fêté ses 700 ans en 2010. De nombreux artistes et bénévoles sagiens se sont mobilisés pour célébrer l’événement et prendre part aux festivités : artisans d’art, comédiens, musiciens, peintres… Retrouvez l’atmosphère festive de cet anniversaire en consultant la galerie de photos.

Mairie de Sées
Place du Général de Gaulle - 61500 SEES
Tél. : 02 33 81 79 70 Fax : 02 33 28 18 13
mairie@sees.fr